Construit en grès et briques, le château de Dampierre-en-Yvelines est une œuvre architecturale à part entière. Commandité par la famille de Luynes et Colbert, l’architecte Jules Hardouin Mansart a mené le chantier de construction alors qu’il réalisait pour le Roi Louis XIV le château de Versailles.

XV° et XVI° siècles
Résidence du cardinal Charles de Lorraine, archevêque de Reims et duc de Chevreuse, le château du XV° siècle est jugé trop austère. Il est alors décidé de complètement modifier les lieux, en les agrandissant et les embellissant au goût du XVI° siècle. Dans son ouvrage « Les plus excellents bâtiments de France » Jacques Androuet du Cerceau illustre et document cette construction.
XVII° siècle
Au cours du XVII° siècle, le château arrive dans la famille de Luynes, par la veuve de Charles d’Albert, favori de Louis XIII. Par mariage avec la fille aînée de Colbert, le duc Charles Honoré d’Albert, devenu nouveau maître des lieux, entrepris une véritable reconstruction du château, adaptant la demeure au goût du jour en harmonisant l’ensemble et faisant appel au Premier architecte du roi Jules Hardouin Mansart. Ces travaux colossaux durèrent plusieurs années de 1675 à 1688. C’est un château beaucoup plus vaste et harmonieux, digne d’un membre de la cour que constitue Louis XIV à la même période, qui va prendre forme.
XVIII° siècle
Au XVIII° siècle, si l’aspect extérieur va connaître peu de modifications, le décor intérieur va quant à lui être repensé dans plusieurs pièces de la demeure. De nombreuses menuiseries vont ainsi remplacer les décors antérieurs. A l’extérieur, en 1758 le château est doté d’une imposante grille d’honneur. C’est au XIX° siècle que le domaine connaîtra une intense compagne de travaux qui allait profondément transformer le château et ses jardins.
XIX° siècle
Le 8ème duc de Luynes entreprend de profondes restaurations et a pour volonté de trouver un écrin digne de conserver ses précieuses collections tout en reflétant un goût nouveau. Pour mener à bien ce projet, il est fait appel à Félix Duban qui s’attachera alors à conserver l’harmonie générale d’un édifice portant les traces d’une histoire chargée et d’un mélange de styles en rompant la monotonie de l’ensemble et en faisant appel aux plus grands artistes de l’époque.